Louis-Edouard Garrido – Citrons (1981)

L’un des tout derniers tableaux de l’artiste qui disait « Nous voici en plein décembre. Pour moi, les jours courts m’obligent à cesser mon travail vers 16 heures. Je peins tout de même car ce sont mes seules joies. Elles ne sont pas minces et j’en remercie la providence en ce moment ».

« Je me confine dans les fruits de saison, les citrons, les mandarines si colorées qui, à moitié ouvertes, permettent des nuances extraordinaires et délicates. Un peu de chrome orangé pour la pulpe. L’intérieur de l’écorce est d’un jaune de Naples très pâle, presque blanc, mais là encore, il faut rendre une certaine sensation savoureuse que seule peut exprimer la belle matière de la peinture à l’huile ».